POLICE USA : PAS DE TIRS À BLANC POUR LES NOIRS

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someoneShare on Google+Pin on Pinterest

Spicee. Pas de tirs à blanc pour les noirs

« DANS LE MISSOURI, UN JEUNE NOIR AMÉRICAIN A PLUS DE CHANCE DE MOURIR SOUS LES BALLES D’UN POLICIER QUE LORS D’UN ACCIDENT DE VOITURE »

New York, Ferguson… en 2014, la police américaine a tué cent Noirs non armés, soit une moyenne de près de deux morts chaque semaine. Enquête aux USA où les préjugés racistes sont devenus les balles d’une police entraînée dans le culte de l’ultra-violence

Deux cent personnes non armées ont été tuées en 2014 par la police et la moitié d’entre-elles appartiennent à la communauté afro-américaine. Soit près de deux Noirs par semaine ! Ferguson, Staten Island, Charleston, Baltimore, l’Oklahoma … dans ce ball-trap à balles réelles, les Noirs sont devenus des pigeons d’argile. Des pigeons qui portent le nom d’Eric Garner ou encore Akaï Gurley. Leur seul tort : avoir croisé des policiers américains.

La mort de trop ? Celle de Michael Brown le 9 août 2014 à Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis : douze balles tirées dont six qui l’atteignent. A Saint-Louis, dans le Missouri, un jeune Noir américain a plus de chance de mourir sous les balles d’un policier que lors d’un accident de voiture. La chasse est ouverte et les policiers disposent d’un « permis de tuer« , hurlent les familles de victimes.

Un film de Julie Lotz et Jean-Charles Guichard

Related posts

Leave a Comment