LE PRIX DE LA LIBERTÉ

LE PRIX DE LA LIBERTÉ
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someoneShare on Google+Pin on Pinterest

  Depuis dix jours, le pouls du monde bat donc à 140. Non pas à 140 pulsations (encore que cela correspondrait bien à l’état de stress permanent dans lequel nous sommes plongés par l’actualité) mais à 140 signes. Voilà le nouveau tempo de la planète, élevé et plutôt difficile à suivre. Ces 140 signes sont ceux des tweets que Donald Trump lance irrépressiblement à la face du monde, assenant de rageurs coups de menton de tous côtés, émettant avis expéditifs ou jugements péremptoires et sombrant en permanence dans l’outrance et la caricature que la terre…

Nous ne devrions pas attendre autant des sondages

Nous ne devrions pas attendre autant des sondages
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someoneShare on Google+Pin on Pinterest

L’accusation a immédiatement percé, dès les premières tendances connues : les sondeurs, les médias se seraient une nouvelle fois trompé à l’occasion de la primaire de la droite. Les premiers n’auraient rien vu venir, les seconds n’auraient rien voulu voir. Et bien sûr pointe le reproche devenu permanent fait à la sphère médiatico-sondagière qui serait atteinte de cécité quand il s’agit d’ausculter la vraie France. Évidemment, il ne faut pas s’arrêter à ce constat simpliste. Pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que les résultats nous le rappellent fortement : des lignes de force peuvent se…