GUERRE DES GANGS AU HONDURAS

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someoneShare on Google+Pin on Pinterest
HONDURAS
En 2002, Tegucigalpa, la capitale du Honduras, est la ville la plus violente d’Amérique centrale. La police y dénombre 120 meurtres par mois, la plupart causés par la guerre des gangs. Ici, on les appelle les Maras. Ils se livrent une guerre sanglante pour le contrôle des trafics d’armes et de drogues. Sans horizons, les jeunes des quartiers pauvres n’ont d’autres choix que de rejoindre ces gangs pour espérer sortir de la misère. Importé des Etats Unis, le système de type mafieux est très hiérarchisé. Comme le dit la police locale, plus un homme est tatoué, plus il est dangereux. Les tatouages sont des codes, des preuves d’appartenance à un gang et la marque des meurtres qui ont été commis. Face à ces bandes organisées, la police est démunie. Dans 70% des cas de meurtres, elle est incapable de retrouver l’identité des assassins. Au Honduras, le meurtre est devenu une routine.
Stephan Villeneuve et Xavier Muntz sont partis à la découverte du Honduras après avoir appris que ce pays détenait le nombre le plus élevé d’enfant mort par balle. Ils y découvrent une réalité glaçante et des familles déchirées par un quotidien des plus meurtrier.

REGARDEZ «GUERRE DES GANGS AU HONDURAS» >ICI

Related posts

Leave a Comment