Et Trump inventa « les faits alternatifs »…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on TumblrEmail this to someoneShare on Google+Pin on Pinterest
Capture d’écran 2017-01-23 à 08.53.15
L’échange semble irréel. Il ne dure que quelques minutes mais illustre à lui seul le changement d’époque que nous vivons et la vigilance, que dis-je, la combativité dont les journalistes vont désormais devoir faire preuve.
L’entretien a lieu sur la chaine NBC. D’un côté, le journaliste Chuck Todd et de l’autre Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, président depuis 48 heures à peine. L’entretien en direct suit un surréaliste point presse de Sean Spicer, porte-parole de Trump. Surréaliste, car le conseiller s’est mis a attaquer les journalistes, accusés de n’avoir pas relayé la bonne version des événements dans leurs compte rendus de la journée d’investiture, notamment en utilisant deux vues aériennes du « mall » devant le bâtiment du Congrès américain montrant que la foule était beaucoup moins dense il y a deux jours qu’il y a huit ans pour l’investiture de Barack Obama. À la limite, on pourrait comprendre la colère du conseiller même si cette attitude est déjà très surprenante pour un lendemain d’investiture. Au fond, il ne serait pas le premier à s’en prendre à la presse parce qu’elle a donné une info qu’il juge dévalorisante pour son patron. Soyons honnêtes, cela arrive tout le temps… Non, ce qui est surréaliste c’est qu’il prononce cette phrase : « Ce fut la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, point barre »… Donc, il y aurait désormais une vérité officielle : c’est ainsi et pas autrement… Inutile de discuter.
Mais les faits, direz vous ? Les faits ? Circulez, il n’y a rien à voir ! Et c’est justement ce qu’a voulu demander Chuck Todd sur NBC en posant cette question : « Pourquoi le conseiller presse du Président vient-il devant les journalistes pour dire n’importe quoi? » Réponse : (accrochez-vous) : « Vous dites des choses fausses. Et notre porte-parole, Sean Spicer, a donné des faits alternatifs. » »  Ce à quoi le présentateur répond :  « Des faits alternatifs ? Des faits alternatifs ? Quatre des cinq faits qu’il a dits… sont tout simplement faux. Les faits alternatifs ne sont pas des faits, ce sont des mensonges. » L’échange sur NBC est à voir ici.
Des faits alternatifs. Nous y voilà… L’expression est lunaire. Quelle alternative ? Nous serions donc plongés dans une mystérieuse quatrième dimension, vivants des réalités parallèles ? Non, il n’y a pas d’alternative : les faits sont têtus. On voudrait pouvoir les cacher, les oublier, les effacer. Parfois, cela arrangerait tout le monde. Certes. Le problème, c’est que l’on a beau faire diversion, gesticuler, menacer, on retombe sur eux. Toujours. C’est bête mais c’est ainsi : un fait, c’est têtu. C’est même pour cela que, nous les journalistes, on les aime, les faits. On les étudie, on les analyse, on s’y accroche quand tout s’embrouille. C’est l’essence de notre métier. Alors bien sûr, on peut hurler sur les médias, sur leurs intentions évidemment malveillantes, sur leurs manipulations, à la fin, seuls les faits comptent.
Cet échange est donc un signal d’alarme. Non pas qu’il s’agisse d’une sur-interprétation de phrases sans doute mal contrôlées, prononcées par des conseillers nerveux et à peine nommés. Non, c’est bien là quelque chose de profond et que nous voyons poindre chez nous également. Le Front National en a fait une spécialité depuis longtemps mais il n’en a plus l’exclusivité. Désormais, on peut dire n’importe quoi, cela peut être prouvé, dénoncé, contredit : peu importe, c’est dit. Cette imposture intellectuelle est amplifiée par la circulation de l’information sur les réseaux sociaux. Plus de sources, plus de hiérarchie, plus de vérification : un avis vaut une info s’il va dans le sens voulu. Nous entrons donc de plain pied dans l’ère qui veut que la « vérité ne soit qu’une opinion comme les autres » comme l’a bien expliqué Thomas Legrand sur France Inter. Voilà pourquoi il va falloir se battre. Pied à pied. Pour montrer au public que tout ne se vaut pas et que, si une opinion est une chose, la réalité en est une autre.
 
Jean-Bernard SCHMIDT

Related posts

2 thoughts on “Et Trump inventa « les faits alternatifs »…

  1. Zorg

    Jean-Bernard SCHMIDT a écrit :
    « les faits sont têtus. On voudrait pouvoir les cacher, les oublier, les effacer. Parfois, cela arrangerait tout le monde. Certes. Le problème, c’est que l’on a beau faire diversion, gesticuler, menacer, on retombe sur eux. Toujours. C’est bête mais c’est ainsi : un fait, c’est têtu. C’est même pour cela que, nous les journalistes, on les aime, les faits. »

    Mais comment faites-vous pour vous regarder dans une glace ? Non, sérieusement ?
    ReOpen911 a démontré par A+B, il y a maintenant plus d’un mois, que le reportage de Thomas Huchon « ConspiHunter Spécial 11/09 » était truffé d’erreurs, d’amalgames voire d’intox :
    http://www.reopen911.info/11-septembre/2365/

    Vous dites « aimer les faits » ?
    Très bien : lisez la réponse piquante de ReOpen911 au documentaire de Thomas Huchon et dites nous s’il contient ou non des erreurs et des manipulations…

    Pour vous aider, vous pouvez répondre aux questions présentes en fin de l’article de ReOpen911 :
    1. A-t-on retrouvé dans les décombres du WTC des pièces d’acier ayant subi une importante corrosion et érosion, un événement qualifié par la FEMA de « tout à fait inhabituel » ?
    2. L’expérience menée par le forgeron américain explique-t-elle les témoignages d’acier fondu ou les échantillons d’acier partiellement fondus retrouvés au WTC ?
    3. Le vol AA77 est-il arrivé en piqué sur la façade du Pentagone ?
    4. Pourquoi avoir choisi une photo de la façade prise après son effondrement pour illustrer le trou du Pentagone ?
    5. Pourquoi les vidéos du Pentagone montrent-elles ce qui a été décrit comme une épaisse fumée blanche derrière l’appareil alors qu’aucun témoin n’en parle ?
    6. Pourquoi avoir gardé au montage le mensonge de Veitch qui prétend avoir eu « le déclic » en écoutant le témoignage de la mère d’une victime du vol 93 ?
    7. Pourquoi avoir gardé au montage le second mensonge de Veitch qui prétend que tous ses compagnons ont affirmé que cette mère mentait ?
    8. Etant donnée votre définition du complotisme (« croyance qu’une minorité dirige tout en secret, et que tout serait du fait de ce petit groupe »), n’est-il pas abusif de recourir à ce terme pour désigner les personnes qui s’interrogent sur la pertinence de la thèse officielle des attentats du 11-Septembre ?
    9. Pourquoi refusez-vous de corriger l’erreur sur le passeport commise par Rudy Reichstadt dans un des reportages que vous avez réalisés ?
    10. Pourquoi Spicee n’a-t-il toujours pas retiré de la vente le documentaire de Stéphane Malterre dont il a été démontré qu’il contient de nombreuses intox ?

    Et n’oubliez pas ces belles paroles de Thomas Huchon :
    « Je pense que la clé est l’honnêteté. Le jour où nous nous plantons, nous le dirons. C’est la différence entre nous et les sites complotistes : ils continuent à relayer une erreur même lorsqu’elle est démontrée. » (Europe1 – 07 01 2016)

  2. Zorg

    @Jean-Bernard Schmidt :

    Je vous ai invité à lire la réponse de ReOpen911 faite au reportage rempli d’erreurs de Thomas Huchon sur le 11-Septembre : http://www.reopen911.info/11-septembre/2365/
    Je pensais qu’une confrontation aux faits ne pouvait que vous intéresser vu qu’ils constituent selon vous à « l’essence de [votre] métier », mais non, mon post fut supprimé comme le sera sans doute celui-ci (mais rassurez-vous il ne sera pas perdu).
    Et après, vous osez faire la morale à l’inepte Trump :
    « Mais les faits, direz vous ? Les faits ? Circulez, il n’y a rien à voir ! »
    Faut pas avoir peur du ridicule…

    Un conseil : avant de vanter les vertus du journalisme, veuillez déjà à respecter les devoirs de la charte de déontologie de Munich, vous serez alors un peu plus crédible. Pour rappel, le 6ème devoir oblige les journalistes à « rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ».

    « Donc, il y aurait désormais une vérité officielle : c’est ainsi et pas autrement… Inutile de discuter. »
    Tiens, n’est-ce pas là la position des médias sur le 11-Septembre depuis plus de 15 ans ?

Leave a Comment